Au nom d’Allah le Clément, le Miséricordieux, Louanges à Allah.

 

Le dogme islamique - Acquisition du niveau de base

page 1 - page 2 - page 3 - page 4 -page 5 - page 6

Notre religion nous impose d'avoir une connaissance d'Allah parce que c'est un ordre divin comme nous l'avons dit précédemment, et une nécessité, nous devons forcément acquérir des connaissances et utiliser notre intellect pour aboutir à la connaissance d'Allah. Le dogme d'après son origine en arabe signifie le fait de nouer, de lier, avec l'idée d'alliance, de contrat, de cohésion, d'engagement et on ne peut donc accepter que 100 pour cent de foi. Personne ne peut connaître ce qui est dans notre cœur que Dieu. Si on a jusqu'à 49 pour cent de foi, notre état est celui de Wahmoun ou Illusion, utopie. Si on a 50 pour cent de foi, on est en état de Chakoun ou doute. Si on a de 51 à 99 pour cent la foi on est en état de Zunoune ou suspicion. Et si on est à 100 pour cent, on a atteint l'état de Yaqin - jazem ou certitude.

(Définition:)
La croyance est un jugement intellectuel sûr qui correspond à la réalité, suivant des preuves, même si elles sont (simples et) générales.

En islam, on ne ferme pas la lumière de sa raison pour suivre quelqu'un aveuglément. On doit avoir des preuves logiques de l'existence de Dieu même si ces preuves sont générales et simples.  

La perfection, la minutie et la complexité de notre corps comme de tout ce qui existe dans l'univers constituent des preuves, une autre preuve est intérieure lorsque l'on a peur et que notre instinct croyant ressurgit et qu'on appelle Dieu au secours.

189. C'est Lui qui vous a créés d'un seul être dont il a tiré son épouse, pour qu'il trouve de la tranquillité auprès d'elle; et lorsque celui-ci eut cohabité avec elle, elle conçut une légère grossesse, avec quoi elle se déplaçait (facilement). Puis lorsqu'elle se trouva alourdie, tous deux invoquèrent leur Seigneur : “Si Tu nous donnes un (enfant) sain, nous serons certainement du nombre des reconnaissants”.

190. Puis, lorsqu'Il leur eût donné un (enfant) sain, tous deux assignèrent à Allah des associés en ce qu'Il leur avait donné. Mais Allah est bien au-dessus des associés qu'on Lui assigne.

Et encore :

22. C'est Lui qui vous fait aller sur terre et sur mer, quand vous êtes en bateau. [Ces bateaux] les emportèrent, grâce à un bon vent. Ils s'en réjouirent jusqu'au moment où, assaillis par un vent impétueux, assaillis de tous côtés par les vagues, se jugeant enveloppés [par la mort], ils prièrent Allah, Lui vouant le culte [et disant]: “Certes, si Tu nous sauves de ceci, nous serons parmi les reconnaissants ! ”

23. Lorsqu'Il les a sauvés, les voilà qui, sur terre, transgressent injustement. ô gens ! Votre transgression ne retombera que sur vous-mêmes. C'est une jouissance temporaire de la vie présente. Ensuite, c'est vers Nous que sera votre retour, et Nous vous rappellerons alors ce que vous faisiez.

Le dogme comprend l'étude de trois sciences :

Tableau n 2

Il existe un point du dogme (en liaison avec la connaissance d'Allah) qui renforce notre croyance, la rend sûre et stable, il s'agit de la liaison entre les causes ou assbabe (feu, médicaments, eau…) aux résultats ou moussababate (respectivement brulure, guérison, désaltération…)

 Trois courants d'idées sont à jeter et un seul est à garder :

Le premier courant ne croit ni en Dieu, ni au jour dernier. Il pense que la nature s'est créée d'elle-même.
Le deuxième croie qu'il existe un Créateur, mais que sur terre tout suit la raison, pour eux, le feu crée la brûlure. Ils ne croient pas aux miracles. Or cela n'est pas juste. Le feu ne brûle pas par lui-même. Le médicament par exemple ne crée pas la guérison sauf quand Dieu veut créer la guérison. C'est Dieu qui décide de l'effet, par exemple dans le saint coran, le feu est devenu fraîcheur pour Abraham. Par ailleurs si ceux qui suivent ces idées nient clairement un miracle, ils sont considérés comme mécréants.
Le troisième groupe mu'tazila est un groupe de musulmans qui n'existe plus, dont le chef s'appelait Wassel Ben 'Atta, mais dont les idées sont encore suivies par certains, ils pensent que chaque cause produit un effet, c'est-à-dire que le feu en lui-même produit la brûlure et donc que chose à sa propre force. Or, cela est faux également.
L'idée à garder est celle d'Ahl Al sunna qui croie que lorsque quelqu'un boit Dieu crée s'Il le veut l'effet de désaltération. Ahl al Sunna wal jama' croit qu'entre les raisons (feu) et les conséquences (brûlure), il y a une liaison qui a été prouvée par les répétitions, car Allah crée les conséquences quand Il crée les raisons (, et non pas par les raisons.)

De plus, lorsque l'effet que l'on a souvent l'habitude de constater change, il porte diverses appellations suivant la personne qui le reçoit et son intensité.

Cet effet particulier qui sort de l'ordinaire peut arriver aux prophètes, on l'appelle alors (mu'jiza) ou miracles, car il est énorme, pour les saints on parle de (karama) ou bienfaits, cela peut aussi être un piège pour un égaré comme lorsque l'antéchrist coupera un homme en deux et le ramènera à la vie, certains croiront qu'il est un Dieu, mais cela sera un égarement pour lui et ceux qui le suivront, on parle alors (d'istidraj) – ou piège, il y a aussi l'assistance-aide donné par Dieu à ses adorateurs, on parle alors de (ma'ounat), et il y a enfin (l'ihanat) ou outrage-affront pour l'ennemi (comme lorsque Moussaylamat l kadhab qui prétendait être prophète a su que le prophète Mohammed avait guéri l'œil d'Ali en soufflant dessus, il a voulu en faire de même, il a soufflé sur les yeux d'un homme qui est devenu aveugle à la place de guérir.)
Nous croyons aux miracles du prophète Mohammed, car c'est Dieu qui décide des effets comme le fait que le prophète ait fait sortir de l'eau de ses doigts.

Tableau n 3

La connaissance permet de se rapprocher d'Allah, de profiter de sa croyance. Comme celui qui connait l'ordinateur, plus il comprend l'ordinateur et les programmes et plus il profitera de son ordinateur.
On sait par exemple que lorsqu'il pleut, lorsque l'on se prosterne, lorsque l'on prie sur le prophète l'invocation est acceptée, mais est-ce qu'on connaît les bonnes manières qui leurs sont liées comme avoir fait les ablutions, avoir précédé son invocation par une aumône et se diriger vers la Qibla en la faisant? Plus on sait donc et plus on profite.
Lorsque l'on connaît cette liaison entre les causes et les conséquences notre cœur s'en remet totalement à Dieu, et donc celui qui a des connaissances religieuses se rapproche de Dieu. La connaissance est importante puisqu'elle va avoir un effet sur notre manière de penser, sur nos comportements.
Le but d'étudier la religion (ou le dogme) n'est pas de s'asseoir derrière son ordinateur pour surveiller ce que les gens disent et font, passer (perdre) son temps à juger les autres (avec orgueil) et à (condamner) dire à celui-là qu'il est un kafir ou autre parce qu'il a fait telle chose ou dit cela. La connaissance ne sert pas à cela.

Page 2/6

Lire la suite

Que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur le prophète Mohammad, celui qui a tenu sa promesse, le confident. Ô Allah nous ne savons que ce que Tu nous as appris, c’est Toi qui détiens la science. Ô Allah apprend nous ce qui nous apportera du bien et fais nous profiter du bien de ce que Tu nous as appris et augmente nos connaissances. Et embelli le bien à nos yeux et aide nous à le suivre. Et enlaidi le mal à nos yeux et aide nous à nous en détourner. Et mets nous parmi ceux qui écoutent la parole et suivent les meilleures d’entre elles. Et fais de nous tes bons adorateurs par Ta miséricorde.

Gloire à Toi Seigneur, que Tes louanges soient célébrées, j'atteste qu'il n'y a de divinité que Toi, j'implore Ton pardon et je reviens vers Toi repentante.

print