Que se passe t-il lors de la mort ?


Al Bara ben Azib a raconté : "Nous suivîmes avec le Messager d'Allah  le convoi funèbre d'un des Ansârs. Nous arrivâmes au sépulcre où le mort fut enterré. Avant de le couvrir, le Messager d'Allah  s'assit et nous fîmes de même en nous tenant immobiles et silencieux. Le prophète  qui remuait le sable avec un petit bâton qu'il tenait à la main, leva la tête et dit :
"Demandez à Allah de vous protéger contre le tourment de la tombe " en le répétant deux ou trois fois. Puis il poursuivit : "Lorsque le serviteur croyant est à l'article de la mort en laissant ce bas monde pour être conduit vers l'autre, des anges au visage blanc qui ressemblent au soleil descendent du ciel, apportant avec eux des linceuls et des aromates du paradis et s'asseyent au chevet du moribond en faisant une file à perte de vue. L'ange de la mort vient s'assoir près de sa tête et dit :"Ô bonne âme sors pour recevoir un pardon et une satisfaction d'Allah."
L'âme sort telle une gouttelette d'eau qui sort d'une outre. Une fois l'âme recueillie, les anges la prennent, la parfument et l'enveloppent dans le linceul. Alors une bonne odeur s'en dégage dont aucune autre odeur ne lui ressemble sur terre. Ils la remontent vers le ciel, et chaque fois qu'ils passent par d'autres anges, ceux-ci demandent :"Quelle est cette bonne odeur?" On leur répond: "C'est l'âme d'un tel le fils d'une telle et d'un tel, en le nommant par les plus beaux noms qu'on l'appelait dans le bas monde. En arrivant au ciel inférieur, on leur demande de leur ouvrir, les portes s’ouvrent. On remonte vers le ciel suivant escorté par les anges du ciel précédant jusqu'à ce qu'on arrive au septième ciel. Alors Allah ordonne à Ses scribes :"Inscrivez mon serviteur que voici parmi les habitants de l'Illyine, et rendez le à la terre car c'est de la terre que J'ai créé les hommes, d'elle Je les ramènerai et d'elle Je les ferai sortir une fois encore. On rend l'âme au mort deux anges font assoir le mort dans la tombe et on lui demande :"Qui est ton seigneur ?
" Il répond :"Mon seigneur est Allah."
-"Quelle est ta religion?" -"L'islam".
"Que dis-tu de cet homme qui a été envoyé vers toi?"
" Il est le Messager d'Allah"
" Qu'est ce que tu as appris ? "
"J'ai lu le livre d'Allah en ai cru et l'ai tenu pour véridique."
A ce moment là une voix se fait entendre qui dit :
"Donnez lui un matelas du paradis, habillez- le des vêtements du paradis et ouvrez lui une porte du paradis " Alors, une belle odeur lui arrive du paradis, on élargit sa tombe à perte de vue et un homme au beau visage, portant de beaux habits et qui dégage une odeur parfumée se présente à lui en disant :
" Réjouis-toi de recevoir ce qui t'as causé le bonheur. Ce jour là est le jour promis."
Il lui demande : "Qui es-tu car ton visage ne rapporte que le bien. Je suis tes bonnes œuvres, réplique t-on. Et alors le mort de s'écrier :
"Seigneur fait que l'heure se dresse, Seigneur fait que l'heure se dresse afin que je puisse retourner chez les miens et mes biens."
Quant à l'homme mécréant en quittant le bas monde pour l'autre, des anges aux visages noirs et apportant un tissu grossier descendent du ciel et s'asseyent à son chevet en formant une file à perte de vue. L'ange de la mort se tient près de sa tête et s'écrit :
"Ô âme méchante. Sors pour rencontrer la colère d'Allah et son courroux." L'âme alors se disperse dans tout son corps et l'ange la tire comme on retire une tige en fer enfoncée dans la laine humide. Une fois l'âme recueillie l'ange de la mort ne la laisse pas avec lui, ne fut ce que pour un clin d'œil et l'enveloppe dans le tissu grossier. Alors une odeur puante comme celle surgit d'une charogne se dégage et la plus mauvaise qu'on puisse humer sur la terre. Les anges l'élèvent vers le ciel et ne passent pas par d'autres anges sans que ceux-ci ne disent:
"Quelle est cette mauvaise odeur ?" On leur répond : "C'est un tel le fils d'un tel", en lui attribuant les plus mauvais noms qu'on lui donnait sur terre. En arrivant au ciel inférieur, on demande de leur ouvrir, mais les portes restent fermées devant eux.
Puis le messager d'Allah صلى الله عليه و سلم récita ce verset :
"Pour ceux qui traitent de mensonges Nos enseignements et qui s'en écartent par orgueil, les portes du ciel ne leur seront pas ouvertes, et ils n'entreront au Paradis que quand le chameau pénètre dans le chas de l'aiguille. Ainsi rétribuons-Nous les criminels."
"Allah affermit les croyants par une parole ferme, dans la vie présente et dans l'au-delà. Tandis qu'Il égare les injustes. Et Allah fait ce qu'Il veut."
Allah, le Puissant et Majestueux dit alors : " Mettez les écritures concernant mon serviteur dans un registre placé dans la plus basse couche de la terre. Puis ramenez-le sur terre, car c’est à partir d’elle que J’ai créé les humains, c’est à elle que Je les renverrai et c’est d’elle que Je les ressusciterai." Son âme est alors jetée.»
Selon le rapporteur, le Prophète, , récita ce verset :
" [...] quiconque associe à Allah, c’est comme s’il tombait du haut du ciel et que les oiseaux le happaient, ou que le vent le précipitait dans un abîme très profond. "
(Sourate 22/Verset 31).
Il (le Prophète) صلى الله عليه و سلم poursuivit : " C’est alors que l’âme du défunt sera ramenée à son corps et deux anges viennent alors, le font s'asseoir et lui demandent: "Qui est ton seigneur ?" Il répond: "Euh ! Euh ! Je ne sais pas…" Ils lui demandent ensuite: "Quelle est ta religion ?" Il réplique: "Euh ! Euh ! Je ne sais pas…". Ils le questionnent encore: "Qui est cet homme ? Je ne sais pas..." Un appel est alors lancé du ciel: "Il a menti. Tapissez donc l'Enfer pour lui et ouvrez lui une porte vers le Feu." Lui parviennent alors (les effets de) sa chaleur et son vent brûlant; sa tombe se rétrécit sur lui au point où ses côtes se retrouvent emboîtés (les uns dans les autres). Un homme au visage laid, mal vêtu et puant vient auprès de lui et lui dit: "Accepte la nouvelle qui va te déplaire: Voici le jour qui t’avait été promis." Il (le défunt) lui dira alors : "Qui es-tu ? Ton visage est celui (de la personne) qui apporte le mal." Il répondra : "Je suis (la matérialisation de) tes œuvres malsaines." Il (le défunt) demandera alors: "Ô mon Seigneur ! Ne fais pas survenir l’Heure (dernière, et ce, apparemment, afin qu'il ne soit pas jugé définitivement et qu'il n'ait pas à supporter des tourments encore plus terribles.)".

 

| More