Vingt quatrieme jour


Verset
« La première Maison qui a été édifiée pour les gens, c'est bien celle de Bakka (la Mecque) bénie et une bonne direction pour l'univers. »
Sourate Al Imran, verset 96
Hadith
L'Envoyé d'Allah صلى الله عليه و سلم a dit:
« Le Feu a été interdit à l’œil qui a pleuré par crainte de Dieu, Le Feu a été interdit à l’œil qui a veillé dans la voie de Dieu, Le Feu a été interdit à l’œil qui s’est détourné de ce que Dieu a déclaré illicite »
Histoire
Un imam vivant à Londres depuis quelques temps avait l’habitude de prendre le même bus. Un jour le chauffeur du bus lui a rendu 20 centimes de trop, ce qu’il a remarqué en s’assayant. C’était toujours le même chauffeur. L’imam avait deux pensées, l’une était de lui rendre l’argent, l’autre était de le garder parce que c’était une très petite somme. L’imam voulait garder l’argent, mais au moment de descendre du bus, il rendit l’argent au chauffeur. Alors le chauffeur lui a dit : « Je crois que tu es le nouvel imam de la mosquée, sache que je voulais passer chez vous pour connaître l’islam et je vous ai donné délibérément les 20 centimes de plus pour voir votre réaction. » L’imam descendit du bus en tremblant puis il invoqua Dieu en disant : « Ô Dieu j’allais vendre l’islam pour 20 centimes. »
Cette histoire montre qu’il faut faire attention à nos actes, car peut être seront-ils le seul coran que les non musulmans liront. Même si ce n’est pas le regard de l’autre qui compte en islam, n’oublions pas que l’islam lui sera jugé par nos actes.
Sagesse
Pardonnes aux gens, mais ne te pardonnes jamais.
Invocation
Seigneur, accorde-moi sagesse (et savoir) et fais-moi rejoindre les gens de bien; fais que j'aie une mention honorable sur les langues de la postérité; et fais de moi l'un des héritiers du Jardin des délices
Rabbi hab li houkman wal hiqni bissalihin wa jalli lissana sidqin fil akharin wa jalni min warathati janati naim
Idée
Notre vocabulaire est l’habit de nos pensées, faisons en sorte que nos pensées ne soient pas sales et déchirées.
La vie des compagnons
Abû Mûsa Al-'Ach`arî (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit: Pendant que le Prophète صلى الله عليه و سلم était assis dans un des jardins de Médine, accoudé dans un endroit où il y avait de l'eau et enfonçant une branche qu’il avait dans la boue. Un homme vint et demanda qu'on lui ouvrît la porte: "Ouvre-lui, me dit le Prophète, صلى الله عليه و سلم et annonce lui qu'il ira au Paradis". J'ouvris et vis 'Abû Bakr à qui j'annonçai ce dont m'avait chargé le Prophète. Un autre homme vint ensuite et demanda qu'on lui ouvrît. - "Ouvre-lui, dit le Prophète, صلى الله عليه و سلم et annonce-lui la bonne nouvelle qu'il ira au Paradis". J'ouvris et je vis `Umar à qui j'annonçai ce dont m'avait chargé le Prophète. Enfin un troisième homme demanda qu'on lui ouvrît la porte. Le Prophète صلى الله عليه و سلم se redressa alors sur son séant et me dit: "Ouvre-lui et annonce-lui la bonne nouvelle qu'il entrera au Paradis malgré un malheur qui le frappera". C'était `Uthmân ibn `Affân à qui j'annonçai ce dont m'avait chargé le Prophète. `Uthmân a dit alors: "Allah donne-moi la patience!" et ajouta: "Allah est celui dont on doit implorer l'assistance".
La vie du prophète صلى الله عليه و سلم
En hébreu, khaybar signifie château fort. Le prophète décida de s’attaquer aux juifs de khaybar vivant dans des chateaux forts.
Salama ibn Al-Akwa (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit: Nous partîmes avec l'Envoyé d'Allah صلى الله عليه و سلم pour Khaybar et nous voyageâmes de nuit. Un des nôtres, s'adressant à `Amir ibn Al-Akwa`, lui dit: "Ne vas-tu pas nous faire entendre quelques-uns de tes vers?". `Amir, qui était poète, se mit aussitôt à entonner les vers suivant: Seigneur, sans Toi nous n'aurions pas été dirigés dans la bonne voie. Nous n'aurions fait ni l'aumône ni la Salât (prière). Pardonne-nous nos péchés, nous sommes prêts à sacrifier nos vies dans Ton sentier. Affermis-nos pas à la rencontre de l'ennemi. Fais naître en nous la sérénité. Nous qui, quand on nous appelle dans Ta voie, nous accourons, pour Te satisfaire ô Allah.
L'Envoyé d'Allah صلى الله عليه و سلم demanda alors quel était le nom de l'improvisateur et comme on lui répondit que c'était `Amir, il dit: "Qu'Allah lui fasse miséricorde!". Un des nôtres dit alors: "O Prophète, il sera donc martyr; si seulement vous ne deviez pas dire ces mots maintenant et qu'il aurait destiné à une vie plus longue!".
Le transmetteur ajoute: "Nous gagnâmes Khaybar que nous assiégeâmes si longtemps que nous souffrîmes de la famine. Puis, Allah nous rendit maîtres de l'endroit. Le soir du jour où nous entrâmes dans la ville, nous avions allumé de nombreux feux.
 "Pourquoi ces feux et pourquoi les avez-vous allumés?", demanda le Prophète صلى الله عليه و سلم . "Pour faire rôtir de la viande", répondit-on. "Quelle viande?", demanda le Prophète. "De la viande d'âne domestique".   

"Renversez les marmites et cassez-les", dit l'Envoyé d'Allah صلى الله عليه و سلم . "O Envoyé d'Allah, dit un homme, si nous renversions les marmites seulement et les rincions sans les casser?".
- Eh bien, soit, dit le Prophète صلى الله عليه و سلم . Quand les troupes furent rangées en bataille, `Amir avait un sabre court; comme il s'en servait pour frapper un juif, la pointe de la lame du sabre revint en arrière et atteignit le genou de `Amir qui mourut de cette blessure. "Comme nous revenions de Khaybar, dit Salama, l'Envoyé d'Allah صلى الله عليه و سلم , me voyant silencieux et chagriné, me demanda ce que j'avais". "O toi, pour qui je suis prêt à sacrifier la vie de mon père et celle de ma mère, est-il vrai, comme on le prétend, que `Amir perdra le fruit de son acte?". "Et qui a dit cela?", demanda le Prophète. Je lui répondis: "Untel, untel et 'Usayd ibn Hudayr Al-'Ansârî".  "Ceux qui ont dit cela, ont menti", répliqua l'Envoyé d'Allah. "Il aura, ajouta-t-il en réunissant deux de ses doigts, une double récompense, car il a regroupé deux qualités: celle de quelqu'un qui a fait un grand effort pour satisfaire Allah et lui obéir et celle de celui qui combat dans la voie d'Allah, peu d'Arabes en auraient fait autant".

 

| More